Pourvoir la culture ensemble

Pourvoir la culture ensemble

Pourquoi l’investissement culturel doit-il être considéré comme un élément clé de la politique publique ?

Quelles sont les retombées économiques directes et indirectes de la culture ?

Quels sont les différents types d’investissements possibles ?

Quelle opportunité la culture représente-t-elle à l’échelle d’une région ?

Voilà un certain nombre de questions parmi d’autres qui peuvent interpeller un responsable politique en charge de construire, soutenir et développer la culture dans sa commune, de n’importe quelle taille elle puisse être.

Pour ma part, en tant que municipal des affaires culturelles de la Ville de Rolle, ce sont des questions pour lesquelles je n’ai pas de réponse.

Les raisons de cette ignorance sont simples : manque de temps, manque de moyens, appuis logistiques insuffisants, difficulté d’intégrer des réseaux, etc.

En ce sens, la récente création de la commission culturelle du conseil régional de Nyon représente une extraordinaire opportunité de mise en commun d’idées et de réflexions permettant d’avancer plus rapidement et d’apporter des réponses non seulement à nos propres interrogations, mais également à tous les groupements culturels, les créateurs, les artistes qui quotidiennement nous sollicitent.

La plateforme à deux niveaux « politique et acteurs de la vie culturelle » permet également la compréhension mutuelle des besoins et nécessités de chacun.
Elle offre une vision plus globale permettant de développer des stratégies à moyen terme.

Néanmoins, si une première étape a été franchie avec l’inventaire des structures existantes et le soutien aux arts de la scène pour la législature, il ne faut pas se le cacher, tout reste à faire encore dans un domaine ou pourtant les retombées économiques sont importantes.

Car en effet, il n’y a pas de raisons fondamentales d’ignorer l’importance de la culture dans le développement de notre région.

Si l’intérêt du rassemblement politique peut paraître évident en ce qui concerne les transports, les infrastructures routières, l’urbanisme, etc , la culture devrait l’être tout autant en ce sens qu’elle est assurément génératrice de profits et de bien-être.

En effet, de nombreuses études corroborent le fait qu’un franc investit dans la culture rapporte le double.

Ainsi dans le journal L’Hebdo de fin novembre 2011 pouvait-on lire, je cite :

« Longtemps, la culture n’a été considérée par les politiques que comme une dépense improductive et superflue. Aujourd’hui, comme le conclut l’étude Entreprendre et investir dans la culture: de l’intuition à la décision menée par les consultants du bureau Kurt Salmon et rendue publique lors du 4e Forum d’Avignon la même semaine, «La culture a prouvé qu’elle pouvait être un vecteur de croissance qui contribue à la dynamique de l’économie générale d’une ville ou d’une région, au point de devenir un élément significatif dans la compétition que se livrent les territoires pour attirer les entreprises et fixer des emplois.»

Plus loin, on lit également : « Personne ne se rendait compte que la culture était un élément de notoriété, de rayonnement, qu’elle était facteur de création d’emplois. Quant aux entreprises, elles estimaient que l’aide à la culture était l’affaire de l’Etat. Il a fallu les convaincre que l’investissement n’était pas de la philanthropie, qu’il était conforme à leur intérêt.»

Dès lors, à travers notre région, nous devons tout mettre en œuvre pour soutenir la création et pour favoriser l’accès des citoyens à la culture.

Rappelons-nous aussi qu’une identité culturelle forte est un instrument de cohésion sociale et contribue au développement global de la société.

Il faut désormais imaginer des solutions nouvelles, capables d’accompagner le développement constant de l’univers culturel en misant notamment sur le mécénat, sur des investissements privés en culture et sur l’élargissement des publics.

Car le renouvellement de la création est l’affirmation du devenir et de la pérennité de la société.

Ainsi ensemble, nous devons tout faire pour :

• accroître le mécénat;
• perfectionner les modalités d’accès au capital financier;
• encourager le développement de la demande;
• renforcer le secteur des arts et de la culture;
• renforcer le secteur des industries culturelles;
• consolider les liens entre le monde politique, les milieux d’affaires, les milieux locaux et ceux de la culture;

Après la réunion au district de Nyon de l’ancien cercle de Rolle, l’adhésion au Conseil régional, le partenariat avec Nyon Région Tourisme, Rolle se réjouit de pourvoir la culture ensemble avec toutes les communes de l’ouest, en attendant dans un avenir plus ou moins lointain d’être, peut-être, au cœur d’un rayonnement culturel lumineux entre Genève et Lausanne.

Intervention conférence de presse
Conseil régional mai 2013
Denys Jaquet